Rechercher
  • claudetteahsoon

TAIJI : de la boxe de lame à la boxe de l’âme

Mis à jour : 31 oct. 2019

--- english below---

Le stress s’impose de plus en plus dans nos sociétés comme le « mal du siècle », impactant la santé physique et mentale de tout un chacun.


Comment remédier au stress ?


Pour cela, il est nécessaire de :

1- comprendre l’impact du stress sur le corps physique.

De cette compréhension, doit émerger une approche afin de pallier à ce stress en l’introduisant dans sa pratique ;

2- les bons alignements physiques pour une meilleure circulation énergétique dans l’ensemble du corps.

L’approche développée ici sera donc les arts martiaux car :

3-la théorie est mon poing : qu’est-il réellement important de comprendre dans les arts martiaux ?


Nous verrons qu’au final, l’art martial peut être une boxe de lames, mais aussi de l’âme.


A- Relation entre fascias et stress : comment aller vers un mieux-être


Le stress que nous accumulons se stocke dans les fascias. Les fascias sont des membranes fibro-élastiques qui recouvrent et enveloppent l’ensemble du corps, y compris les organes et le cerveau. Cela pourrait être comparé à un costume de Spiderman qui se contracte et se noue sous l’effet du stress. Imaginez que ce costume devienne trop petit et trop serré ? Comment vous sentiriez-vous : compressé et à l’étroit…

C’est d’ailleurs entre autres sur ces mêmes fascias que les ostéopathes travaillent afin de remédier à vos maux de dos, de tête, ventre etc.

Il est donc nécessaire de re-assouplir ce costume de Spiderman afin qu’il redevienne à notre taille.


Un bon positionnement du corps va permettre un étirement juste des fascias ; ces fascias sont l’aspect le plus grossier du corps énergétique, où circulent des méridiens (canaux d’énergie en médecine traditionnelle chinoise) ; c’est le long de ces méridiens que circule l’énergie. Or toute mauvaise circulation énergétique et /ou stagnation énergétique engendre maux et maladies.


B- Bons alignements physiques et bonne circulation énergétique


Comment retrouver ces bons alignements dans sa pratique pour une meilleure circulation énergétique ?

Le centre d’équilibre du corps se trouve dans l’oreille interne. Le corps étant perpétuellement en recherche de cette équilibre, il va se positionner dans sa globalité en fonction de ce centre d’équilibre, et donc de la tête. Or c’est la nuque qui maintient la tête.

D’où le 1er adage chinois qui est : « la nuque est la maîtresse des 5 arcs » : le dos, et les 4 membres. (pour plus de détails, cf. prochain article sur le yoga, une approche orientée vers l’énergie qui exprime également l’importance de la nuque).


Comment bien placer notre nuque ?


Le 2ème adage est : « la grue blanche étire son cou à partir du cœur ». Il n’est donc pas suffisant de ressentir comme un fil partant du sommet du crâne (‘Baihui’ plus précisément) qui nous étire vers le ciel. Il faut que l’étirement parte du cœur (pour plus de détails, cf. prochain article sur le yoga, section Le Cakra du Cœur).


De là, tout l’alignement du reste du corps procédera de façon juste.


A cet étirement vertical, il est nécessaire de rajouter l’étirement latéral qui correspond à l’ouverture du cœur en passant par les bras.

En effet, la moitié des méridiens traversant notre corps (poumon, gros intestin, maître cœur, triple réchauffeur, intestin grêle, cœur) commencent ou se terminent au bout des doigts.


De plus, l’organe d’action du cœur sont les mains. En effet, les points “laogong” du méridien du maître cœur, situés au centre des deux mains, sont considérés comme les Cakras mineurs du cœur (les mains qui servent, et les mains qui guérissent).


Cependant, le simple étirement de ces zones n’est pas suffisant : les fascias étant en spirales, il est nécessaire d’introduire des alignements allant dans le sens de ces spirales afin d’avoir un réel impact sur le corps énergétique.


C’est le travail réalisé en Qigong et Taiji.


C- La théorie est mon poing


« Force sans conscience s’écroule sous son propre poids ».


Au final le processus de cultivation sur la voie de l’art martial est essentiellement un travail sur la conscience.

Le Hunyuan QiGong et Taiji sont comparables à un arbre :


1- les racines : travail de Wuji qui permet d’emmagasiner de l’énergie

2- le tronc : le Qi gong qui permet de faire circuler l’énergie

3- les branches : San Xi Gong qui permet de dénouer le corps jusqu’au bout des doigts

4- les feuilles et les fleurs : le Taiji qui est l’application martiale, la boxe qui fleurit jusqu’aux doigts.


Tout art martial prend en compte la notion de forme, espace et temps : mais l’espace prime sur la forme, et le temps prime sur l’espace.

Le Taiji est une boxe lente. On y parle d’espace et de rythme, de tempo; la méditation est un travail sur le temps, on y découvre que le temps tel que nous le percevons est essentiellement l’espace entre deux pensées …


En considérant l’Homme comme étant constitué de 5 corps : physique, énergétique, émotionnel, mental et spirituel, la spécificité et spécialisation de l’art martial semble être de prime abord un travail axé sur le corps physique (musculo-tendineux), énergétique (fascias, méridiens, petite circulation et grande circulation), émotionnel (gestion de ces émotions face à la mort) ; mais en allant plus loin dans sa pratique et en la raffinant, on réalise que cet art est également et surtout un travail sur le mental (stratégie) et spirituel (méditation).


Mais à la culmination de son art, l’art martial est une boxe de l’âme. L’art martial est la conscience en mouvement mais également la Voie de la connaissance : se connaître soi même et connaître l’univers, tel est le but de la démarche martiale et le sens caché de la pratique du Qigong et Taiji avec Surya-World, par Stéphane Chollet.


TAIJI: from blade boxing to soul boxing


Stress is becoming more and more prevalent in our societies as the "evil of the century", impacting the physical and mental health of everyone.

How can this be remedied?


To do this, it is necessary to:

1- understand the impact of stress on the physical body.

From this understanding, an approach must emerge in order to overcome this stress by introducing this into practice;

2- the right physical alignments for better energy circulation throughout the body.

The approach developed here will therefore be martial arts because

3- theory is my fist: what is really important to understand in martial arts?


We will see that in the end, martial art can be a boxing of blades, but also of the soul.


A- Relationship between fascias and stress: how to move towards a better well-being


The stress we accumulate is stored in the fascias. Fascias are fibro-elastic membranes that cover and wrap the entire body, including organs and brain. This could be compared to a Spiderman costume that contracts and knots under stress. Imagine that this suit becomes too small and too tight? How would this make you feel: compressed and cramped....


It is on these same fascias that osteopaths work to remedy your back, head, stomach and other aches and pains.


It is therefore necessary to make this Spiderman costume more flexible so that it can be made to fit us again.

Repositioning the body will allow for proper stretching of the fascias; these fascias are the coarsest aspect of the energetic body, where meridians (energy channels in traditional Chinese medicine) circulate; it is along these meridians that the energy circulates.

However, any poor energy circulation and/or energy stagnation causes aches and diseases.


B- Good physical alignment and energy circulation


How can we find these good alignments in our practice for a better energy circulation?


The body's balance centre is located in the inner ear. The body is perpetually in search of this balance, it will position itself in its entirety according to this centre of balance, and therefore of the head.

However, it is the neck that holds the head in place.


Hence the 1st Chinese adage which is: "the neck is the mistress of the 5 bows": the back, and the 4 limbs (for more details, see next article on yoga, an energy-oriented approach that also expresses the importance of the neck).


How to place it correctly?


The 2nd adage is: "the crane stretches its neck from the heart". It is therefore not enough to feel like a thread from the top of the skull ('Baihui' more precisely) that stretches us towards the sky. The stretching must start from the heart (for more details, see the next article on yoga, section The Chakra of the Heart).


From there, the entire alignment of the rest of the body will proceed in the correct manner.


To this vertical stretching, it is necessary to add the lateral stretching which corresponds to the opening of the heart through the arms.

Indeed, half of the meridians passing through our body (lung, large intestine, master heart, triple heater, small intestine, heart) start or end at our fingertips.

In addition, the hands are/represent the organ of action of the heart. Indeed, the "laogong" points of the meridian of the master heart, located in the center of both hands, are considered as the minor Chakras of the heart (the hands that serve, and the hands that heal).

However, simply stretching these areas is not enough: since the fascias are in spirals, it is necessary to introduce alignments that go in the direction of these spirals in order to have a real impact on the energy body.


This is the work done in Qigong and Taiji.


C- The theory is my fist


"Force without consciousness collapses under its own weight."


In the end, the cultivation process on the path of martial art is essentially a work on consciousness.


Hunyuan QiGong and Taiji are comparable to a tree:

- the roots: Wuji's work to store energy

- the trunk: the Qi gong which allows the energy to circulate

- the branches: San Xi Gong which allows you to untie the body to the fingertips

- leaves and flowers: Taiji which is the martial application, boxing which blooms to the fingers.


All martial arts take into account the notion of form, space and time: but space prevails over form, and time over space.

Taiji is a slow boxing. We talk about space and rhythm, about tempo; meditation is a work on time, we discover that time as we perceive it, is essentially the space between two thoughts...


Considering Man as being composed of 5 bodies: physical, energetic, emotional, mental and spiritual, the specificity and specialization of martial art seems to be at first sight a work focused on the physical body (musculo-tendinous), energetic (fascias, meridians, small circulation and great circulation), emotional (management of these emotions in the face of death); but by going further in its practice and by refining it, we realize that this art is also and especially a work on the mental (strategy) and spiritual (meditation).


The culmination of the practise of martial arts is indeed an expression of the soul. Martial arts is the consciousness in movement but also the Way of knowledge: to know oneself and the universe, such is the goal of the martial approach and the hidden meaning of the practice of Qigong and Taiji with Surya-World, by Stéphane Chollet.


21 vues
 

(514)431-5248

©2019 by Minute zen. Proudly created with Wix.com